"L'activité d'autopartage est définie par la mise en commun, au profit d'utilisateurs abonnés, d'une flotte de véhicules de transports terrestres à moteur. Chaque abonné peut accéder à un véhicule sans conducteur, pour le trajet de son choix et pour une durée limitée." (article 19 du projet de loi Grenelle 2)

Une erreur est survenue dans ce gadget

1 janvier 2009

Contre le "one-way" proposé par Autolib Paris !

Bertrand Delanöe a annoncé en 2008 la mise en place d'un système de voitures électriques en libre service sur le modèle de Vélib'. 4000 voitures et 1400 points d'arrêts sont attendus d'ici 2011 à Paris et dans plusieurs communes proches.

Cette annonce pose un certain nombre de questions.
On peut d'abord douter sur la capacité des constructeurs automobiles à répondre aux exigences imposées par le système (voitures disponibles 24h/24). Leur manque d'anticipation et d'investissement dans les motorisations du futur se payent aujourd'hui alors que l'industrie automobile est en crise ! Et c'est l'Etat qui doit venir à la rescousse !

Surtout, c'est le concept de "one-way" mis en avant qui nous dérange. Dans un service d'autopartage classique, la voiture doit être reposée à la station de départ. Le modèle parisien (aussi appelé Autolib) repose lui sur le même principe que les vélos en libre service. On prend une voiture dans une station et on la dépose dans la station de son choix.

Les effets pervers de ce système sont nombreux :
- il faut 3 fois plus de stations que de voitures : autant d'espace à trouver et d'argent gaspillé !
- pour fonctionner, le système nécessite une logistique complexe. Il engendre des déplacements en voitures inutiles liés au rééquilibrage des stations
- la voiture vient concurrencer les transports collectifs et les modes doux. Pourquoi prendrais-je les transports en commun alors même qu'une voiture m'attend en bas de chez moi et que je peux la garer facilement ?!
- Alors que 50% des parisiens n'ont pas de voiture et vivent très bien sans, on va leur en redonner une ! Soit au final, une augmentation des trajets en voiture !

Bref, le projet d'Autolib Paris ne répond pas aux besoins des citoyens qui recherchent un usage de la voiture seulement lorsqu'elle s'avère indispensable (transports d'objets en combrants, utilisation la nuit ou en dehors de la zone de desserte performante des transports collectifs). Au contraire, en favorisant l'usage de a voiture, il va à l'encontre des objectifs des politiques de déplacements urbains (diminution de la pollution, décongestion automobile, amélioration du cadre de vie,...)

A Lyon, la question du "one-way" a été discutée et vite écartée pour les raisons évoquées ci-dessus. Espérons qu'à Paris, les élus suivront le même chemin en mettant de côté les considérations purement politiques.

Oui au développement massif de l'autopartage, Non au "one-way"

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Nous, association http://membres.lycos.fr/adtcep/ , soutenons ce que vous appelez le "one way". Nous proposons depuis 1998 une version automatique avec lequel autolib s'articule, que nous avons élaboré pour répondre à des besoins d'habitants et autres usagers de l'agglomération parisienne, qui est semis désordonné de zones d'habitations et de zones d'activités.
Notre projet est expliqué dans http://membres.lycos.fr/adtcep/TAP.htm et http://forum.aceboard.net/8091-1852-15571-0-Taxis-self-service.htm

La voiture autrement a dit…

Bonjour,
Nous ne sommes pas contre le "one way" par principe et de manière générale... mais quand il concerne des zones urbaines, il ne doit pas entrer en concurrence avec les transports publics et les modes doux. Bref, sur Autolib, nous voyons plus d'effets pervers que d'intérêt.

Quant aux solutions type type "Serpentine", "Praxitèle phase avancée",... demandons-nous d'abord quels sont les besoins en compléments des services existants avant de foncer sur la technologie ! A Sophia-Antipolis, c'est les besoins propres à cette zone d'activité construite autour de la voiture et difficile à desservir finement en transports collectifs qui amène à s'intéresser au projet "Cristal" de Lohr !
Auriez-vous un contact pour se rencontrer et discuter sur le sujet ?

La voiture autrement a dit…

A noter que, comme nous, les Verts du Val de Marne disent "oui à l'autopartage" mais non au "one-way" proposé par Autolib Paris.
http://lesvertsdebagnolet.over-blog.com/article-26601628.html

autolibre.com a dit…

Bonjour,

je suis également à titre individuel réservé sur le oneway dans l'autopartage en ville.

je vous signale par ailleurs le nouveau portail autopartage www.autolibre.com

bonne continuation

La voiture autrement a dit…

A noter que Denys Baupin, adjoint au Maire de Paris est contre "le one-way" du projet Autolib Paris, et le fait savoir outre-manche !
http://www.iht.com/articles/2009/01/22/business/wbspot24.1-411196.php

sabine a dit…

bonjour, je lis vos débats, vous avez probablement une solution à mon problème quotidien. Je vous explique rapidement. J'habite porte d'orleans, j'étudie à evry. Tous les matins en transport en commun je mets 1h 30, si j'avais une voiture je mettrais une demi heure (cf. mappy). Je pense sérieusement m'acheter une voiture parce que l'autopartage coute trop cher (location à la journée parce que je dois ramener la voiture au lieu de départ). depuis l'annonce d'autolib, j'attends de voir...et j'attends vos autres propositions

La voiture autrement a dit…

@sabine :
J'ai bien peur qu'Autolib Paris ne réponde pas à vos attentes puisque, par définition, c'est un service sur lequel on ne peut pas compter à 100%. Il n'est donc pas adapté aux déplacements quotidien, régulier.
L'amélioration de vos déplacements passe soit par des transports collectifs plus attractifs avec des lignes nouvelles comme le futur tram-train Massy-Evry ou l'Arc Esxpress, mais à des horizons relativement lointains. D'ici là, vous pouvez toujours essayer de faire du covoiturage.
Bon courage !

Une erreur est survenue dans ce gadget