"L'activité d'autopartage est définie par la mise en commun, au profit d'utilisateurs abonnés, d'une flotte de véhicules de transports terrestres à moteur. Chaque abonné peut accéder à un véhicule sans conducteur, pour le trajet de son choix et pour une durée limitée." (article 19 du projet de loi Grenelle 2)

Une erreur est survenue dans ce gadget

8 mars 2009

Après le covoiturage, le colis-voiturage !

Economie de fonctionnalité, Découplage entre possession et usage,... tels sont les nouveaux concepts qui s'imposent petit à petit dans notre civilisation. C'est une question de bon sens.
Le covoiturage est l'une des premières formes d'optimisation de l'usage de la voiture. Mais l'idée de faire de même avec des colis (on parle de "coli-voiturage") est toute récente.

C'est ce que propose le site spécialisé http://www.colis-voiturage.fr/qui met en relation demandeurs et transporteurs particuliers.

Alors certes, les transporteurs classiques ne vont pas être contents, mais avouons que l'idée est plutôt bonne ! Encore une fois, on optimise.
Je pars pour le week-end dans le sud de la France, pourquoi ne pas en profiter pour livrer l'ordinateur portable que M.X a commandé sur eBay ?

Pratique, économique et écologique : toujours les mêmes maitres-mots !

4 commentaires:

Alain a dit…

Pas franchement convaincant. Il y a des transporteurs qui font ça bien, pourquoi réinventer le service en plus compliqué et moins efficace ? C'est quand même mieux que le colis voyage avec d'autres colis, dans une camionnette pleine et de partir en week-end dans le sud en train, non ?

La voiture autrement a dit…

On est bien d'accord, on préférera toujours prendre le train. Mais on ne peut pas tout faire en transports collectifs. Aussi, dans le cas où le trajet est prévu en voiture (par exemple une voiture de location pour ceux qui se déplacent en bus et vélo la semaine), autant optimiser le voyage ! Le débat est lancé !

Alain a dit…

Disons que le rapport complication / intérêt ne me semble pas très bon. Sur une liaison avec du potentiel (par exemple Lyon-Grenoble), les trains sont fréquents et les camionnettes des transporteurs sont pleines. Sur une liaison beaucoup plus faible (ex. Thizy - Saint-Pierre-de-Chartreuse), la probabilité de trouver quelqu'un qui va faire le trajet en voiture au moment où on a un colis à transporter me semble très faible. Quant à organiser un "hub" de colis-voiturage à Lyon ou à Grenoble, je n'y crois guère, sauf à recréer une entreprise de messagerie.

Anonyme a dit…

Peut-être plus compliquée comme solution mais tellement moins chère ! Comparée à des livreurs classiques (des sociétés de coursier par exemple), les tarifs sont divisés par 8 ! Et les effets sur l'environnement sont évidents (un seul trajet au lieu de 2 donc...) ! Reste l'aspect pratique qui à mon avis repose sur la notoriété du concept. Si le bouche à oreille fonctionne, ça peut marcher !

Une erreur est survenue dans ce gadget