"L'activité d'autopartage est définie par la mise en commun, au profit d'utilisateurs abonnés, d'une flotte de véhicules de transports terrestres à moteur. Chaque abonné peut accéder à un véhicule sans conducteur, pour le trajet de son choix et pour une durée limitée." (article 19 du projet de loi Grenelle 2)

Une erreur est survenue dans ce gadget

11 septembre 2013

Bluely - l'autopartage contre les transports en commun?


Les premiers essais de la Bluely, cette semaine, sont en fait le prétexte d'une campagne de promotion dont la presse locale et en premier lieu Le Progrès se font, plus ou moins consciemment, les relais. Dans l'article intitulé "Première concluante pour la Bluely, l'auto électrique que l'on se partage" (accès payant), on voit Gérard Collomb directement impliqué dans la promotion du service ("Vous avez vu? Elles sont bien nos voitures électriques" - Merci Gérard lui répond Vincent!). L'article insiste notamment sur les mesures prises pour améliorer la sécurité du véhicule, notamment en compensant son silence (lié à la motorisation électrique) par "un chant de grillons" qui se déclenche à proximité d'un obstacle ou d'un passant, ainsi que sur l'autonomie du véhicule (250 km, pourtant, c'est beaucoup moins que toutes les voitures sur le marché), la possibilité de réserver une place de parking ou l'origine verte de son électricité.
Pour autant, les réactions d'un usager sont révélatrices des ambiguïtés environnementales du système Bluely. Thierry, un usager visiblement conquis, se dit prêt à laisser sa Fiat 500 au garage (super!) mais aussi "à délaisser les transports en commun" (bof...!). Cette remarque, que le service communication de Bolloré n'aurait surement pas laissé passer, rejoint les constats critiques effectués  à propos de l'Autolib' parisien (voir ici) et nos interrogations sur ce blog. L'autopartage en one-way risque d'être un concurrent des transports collectifs dans l'agglomération dense (et des taxis, ce qui renvoie au problème du coût trop élevé et du manque de régulation de ce service urbain essentiel : voir ce billet), plutôt qu'un complément destiné à rendre possible d'autres usages.
Pour finir, notons toutefois que Le Progrès prend bien soin de préciser, dans tous ses récents articles sur la Bluely, l'existence du service Autolib à Lyon depuis 10 ans, en postulant que le nouveau service "devrait trouver sa place" à son côté. Sans doute les remarques relayées ici même portent-elles leur fruit.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget